Nous vous rappelons que le cannabis est interdit en France.

Cet article est à titre purement informatif et n'est en aucun cas une incitation à sa consommation.

La loi française punit l'usage de stupéfiants d'une peine d'un an de prison avec une amende pouvant atteindre 3 500 euros (Art. 222-37 du Code pénal).

Plus récemment, le gouvernement a décidé de mettre en place une amende forfaitaire de 200 euros pour le flagrant délit d'usage de cannabis.

Nous vous rappelons que la consommation de cannabis peut nuire à la santé des usagers et de leur entourage.

Vaporisateur cannabis et garantie

Utiliser un vaporisateur avec du cannabis va donc à l'encontre de la plupart des législations et peut ainsi remettre en question la garantie de l'appareil auprès des commerçants/fabricants français et étrangers.

De plus, si vous deviez envoyer votre vaporisateur en SAV en dehors de la zone européenne (CE), de simples traces de cannabinoïdes permettraient aux douanes d'en faire la saisie.

Qu'est-ce qu'un vaporisateur à herbes ?

Un vaporisateur est un appareil de phytothérapie permettant d'extraire les principes actifs des plantes sans atteindre la température de combustion et donc sans dégradation.

La combustion de la cellulose qui se situe à 231°C produit du gaz carbonique et autres substances nocives qui ont pour effet de diminuer l'apport d'oxygène dans le sang, et donc au coeur et au cerveau.

Ainsi, un vaporisateur ne produit pas de fumée mais comme son nom l'indique, de la vapeur.

C'est donc une façon moins nocive de consommer les plantes que de les fumer.

Un vaporisateur est l'outil tout indiqué pour pratiquer la phytothérapie (médecine par les plantes) et l'aromathérapie (pour les extraits végétaux) par inhalation !

La référence reste le Volcano de chez Storz & Bickel, mais le marché propose des vaporisateurs pour tout les goûts et couleurs imaginables !

Les origines de la vaporisation du cannabis

Les archéologues et anthropologues ont découvert que les peuples Eurasiens utilisaient la fumigation depuis le néolithique, et particulièrement pendant l'antiquité !

La fumigation consiste à introduire des vapeurs de plantes dans un espace fermé pour en purifier l'atmosphère.

Cette pratique est récurrente en terme de médecine et de mysticisme, mais aussi pour le récréatif.

Le cannabis (chanvre) est souvent la plante de prédilection pour cette usage, même si d'autres végétaux étaient utilisés selon le contexte, comme la feuille d'eucalyptus.

Ainsi selon Hérodote, les Scythes (peuple des balkans et du moyen orient ancêtre de la nation Iranienne) pratiquaient la fumigation de cannabis lors de séances collectives, ce qui avait pour effet de provoquer hilarité aux participants.

Les Huns pratiquaient également massivement la fumigation de cannabis lors de l'expansion de l'empire d'Attila.

En Europe occidentale et en Egypte, du cannabis séché était déposé sur des pierres chaudes par les Hommes lors des rîtes funéraires, une pratique qui aurait persisté jusqu'au moyen-âge en Europe.

Des encensoirs garnis de fleurs et des chaudrons contenant des graines de cannabis ont été retrouvés dans les sépultures locales.

Sachant que les défunts partaient dans l'au delà avec des biens utiles aux vivants comme des armes, de la nourriture et des vêtements, il est tout à fait justifié d'envisager que la consommation de cannabis faisait partie du quotidien.

Plus récemment, pendant la période de prohibition moderne du cannabis, celui-ci était plutôt fumé par soucis de praticité.

Au cours des années 70, des chercheurs américains se penchent sur une façon plus saine de consommer la marijuana.

Ainsi, en 1981, le premier vaporisateur moderne est créé à Woodstock, aux USA's.

Vaporisateur et Cannabis

Même si le cannabis est strictement interdit en France et que les vaporisateurs y sont donc exclusivement réservés à la phytothérapie de plantes légales, ce n'est pas le cas partout.

Effectivement, il semblerait que dans les pays et états où le cannabis est légal, les usagers se tourneraient de plus en plus vers la vaporisation comme mode de consommation.

C'est particulièrement le cas des consommateurs de cannabis à but thérapeutique (là où la loi le permet), pour qui les goudrons et toxines dégagées par la combustion seraient un réel problème.

Par ailleurs, en Suisse et en Autriche où la recherche sur le cannabis thérapeutique est autorisée, certains hôpitaux proposeraient le vaporisateur Volcano à leurs patients.

Ainsi, cette tendance s'est rapidement développée dans ces pays, en particulier aux Pays-Bas, en Allemagne puis aux Etats-Unis.

Au XXIe siècle aux USA, en Espagne et aux Pays-Bas, il semblerait que la consommation de cannabis se ferait de plus en plus sous forme de concentrés.

Ces concentrés de cannabis, appelés wax, shatter, BHO (butane honey oil) ou encore hash rosin, serviraient d'ingrédients de base à la préparation de e-liquides, d'huiles sublinguales ou de baumes cutanés par exemple.

Ils seraient également consommés purs à l'aide d'accessoires bien spécifiques semblables à des bangs, les bubblers.

On appellerait cette pratique le dabbing, le bubbler serait alors équipé d'un nail, ou clou, qui servirait d'élément de chauffe où serait placé le concentré.

Consommé à haute température, le concentré passe de l'état solide à l'état gazeux sans passer par l'état liquide, on parlera alors de sublimation.

Ainsi, le dabbing serait une alternative moins toxique à la combustion, sans arriver à égaler la vaporisation.

En effet, ces concentrés dénués de cellulose produisent quand même une très légère combustion due aux impuretés et poussières éventuellement présentes.

L'avenir de la vaporisation de cannabis dans le monde

L'annonce de l'échec de la guerre des drogues par l'ONU laisserait envisager une libéralisation internationale, à l'image des légalisations américaines comme en Californie, à Washington, au Colorado, au canada ou encore en Uruguay.

La France, jadis reconnue comme le pays des Lumières, devrait leur emboiter le pas afin de résoudre les problèmes sanitaires et économiques que subit sa population en résultat de la prohibition.

En outre, le vaporisateur pourrait être une des pièces maitresses d'une politique responsable de réduction des risques liés à la consommation de cannabis (NORML).

L'avenir nous le dira, d'ici la, nous vous souhaitons le meilleur pour vos poumons.


Faites défiler vers le haut