Vous savez sans doute qu'un vaporisateur est un appareil permettant de pratiquer la phytothérapie, c'est à dire la médecine par les plantes !

L'utilisation d'un vaporisateur consiste donc à inhaler les principes actifs d'une plante aromatique ou herbe médicinale sous forme de vapeur.

Cette vapeur est produite en chauffant toute matière végétale à une température inférieure à celle de la combustion de la cellulose qui est de 231°C.

En outre, le vaporisateur se présente comme un excellent instrument de sevrage au tabac fumé, usage pour lequel il est probablement sollicité par la majorité des usagers.

Effectivement, au cours des années 70, des chercheurs américains se penchèrent sur une façon plus saine de consommer les plantes et sans combustion.

Les origines du vaporisateur

Ainsi, en 1981, le premier vaporisateur moderne est créé à Woodstock, aux USA's.

Il s'agit du Tilt Vaporizer qui ne sera jamais commercialisé.



Toutefois, les études qui accompagnèrent sa conception furent porteuses d'espoir pour une consommation plus saine que la fumée.

En effet, la démarche présentera la vaporisation comme une alternative dénuée de substances nocives comme les goudrons libérés par la combustion.

Peu après, les Heatgun Vaporizers font leur apparition en 1993, il s'agit de pistolets à air qui insufflent de la chaleur à travers la plante elle-même placée dans le bol d'un bubbler.

Tandis que le Tilt était un vaporisateur a conduction, les heatguns fonctionnent à convection.

Avec ce nouveau concept, les vaporisateurs commencent à séduire le public.

Eagle Bill : Un militant de la première heure !

C'est à cette époque que l'homme de médecine et chamane Cherokee Eagle Bill Amato découvre la vaporisation.

Ce militant thérapeutique s'inspire alors des ancestrales méthodes Eurasiennes de fumigation, pour créer le Eagle Bill Vaporizer.

En effet, il reprendra la méthode consistant à placer des herbes séchées sur des pierres chaudes avec pour innovation la portabilité.

Il s'agit donc d'une pipe en verre avec un compartiment où les plantes peuvent être placées et chauffées sans être en contact avec la flamme.

C'est le premier vaporisateur portable à conduction, ainsi que le premier vaporisateur moderne à chauffe manuelle.

Sa technique d'utilisation nommée "shake and vape" consiste à secouer les herbes afin de bénéficier d'une extraction homogène.



Il est rapidement suivi par le hollandais Hervert et son "De Verdamper", un vaporisateur qui reprend le concept des heatguns en plus pratique.

Effectivement, il n'est plus nécessaire d'activer manuellement la chauffe lorsque l'on inhale dans un bubbler.

Il s'agit en somme d'un heatgun en kit mains libres !

Le De Verdamper, qui signifie "le vaporisateur" en flamand, connaîtra plusieurs innovations et reste encore aujourd'hui une référence.



L'année 1994 marque un tournant définitif avec le vaporisateur BC, le premier à être commercialisé massivement.

Il s'agit d'un concept Canadien fonctionnant à conduction, le public l'accueille avec grand intérêt.

La vapeur est contenue dans une cloche en verre, ce qui permet à l'utilisateur de garder un oeil sur l'extraction de la plante.



L'industrialisation du vaporisateur au 21éme siècle

En l'an 2000, le génie Storz & Bickel lance la commercialisation du Volcano après quatre ans de travail sur la vaporisation.

Ce vaporisateur à ballon est le premier du genre et inspirera beaucoup d'autres.

Le Volcano devient alors la nouvelle référence de vaporisation.

Storz & Bickel ravira le public avec ses autres vaporisateurs que sont le Plenty et les portables Crafty et Mighty.

19 ans plus tard, à l'heure ou nous écrivons ces lignes, l'entreprise reste synonyme de fiabilité et qualité, l'incarnation parfaite du Deutsche Qualität !



Avec cette révolution, la course à la vaporisation est lancée et les industriels y participent activement.

On voit alors apparaître flopée de machines pour répondre au besoin croissant du public de se séparer de la nocivité de la combustion.

Ainsi, en 2002, il semblerait que le premier vaporisateur portable électronique voit le jour : il s'agirait du Vapir.

En 2003, le fabricant américain 7th Floor sort son Silver Surfer Vaporizer qui sera un véritable succès aux Etats-Unis et au Canada.

Lui aussi deviendra un must-have pour les vaporistes exigeants.

Il se démarque non seulement par la qualité de la vapeur qu'il produit, mais aussi par sa conception en verrerie artisanale de grande qualité.

De plus, il est customisable à souhait afin que l'usager trouve son bonheur.

L'essor du vaporisateur portable

En 2008, un nouveau cap est franchi avec le vaporisateur Iolite qui laisse espérer qu'un jour les vaporisateurs portables n'auront rien à envier aux vapo de salon.



Depuis, si le marché des vaporisateurs de salon semble stable, celui des portables est en pleine expansion.

On trouve aujourd'hui des vaporisateurs portables pour tout les budgets, à convection, à conduction, à chauffe manuelle ou électrique, des bleus des rouges des verts et des pas mûrs.

Le champion d'entre eux reste l'indispensable Mighty, sorti fin 2014, dont la production de vapeur et le respect des arômes des plantes reste incomparable.

Il nous semble judicieux de mentionner le fabricant Dynavap et son vaporisateur Vapcap sorti en 2015 et dont nous fûmes le premier distributeur Européen.

En effet, le concept est unique car c'est un vaporisateur à chauffe manuelle fonctionnant au briquet, pas plus volumineux qu'un stylo, disposant d'une aide au contrôle de température.



Un véritable coup de maître qui enterre à tout jamais le manque de fiabilité que pouvait présenter ses prédécesseurs comme le Eagle Bill.

Et demain ?


Faites défiler vers le haut